DHG rejetée !

| 28 février 2013 | 0 Commentaire

Lors du Conseil d’Administration du lycée Montesquieu le 19 février 2013, la DHG a été rejétée par 14 voix contre et 4 pour.

En effet, la DHG proposée notifiait une perte de 91 heures et d’une classe sur l’ensemble des divisions du lycée.

Cela signifie concrètement:

– une augmentation des éffectifs par classe, notamment en classe de Seconde et de 1ère STMG avec une moyenne de 35 élèves par division,

– la suppression d’un certain nombre de dédoublement comme en philosophie pour les classes de T STMG,

– une augmentation des effectifs dans les groupes de compétences en langues vivantes ce qui va à l’encontre de la réforme des lycées qui préconise des effectifs réduits,

–  la suppression de 6 postes fixes  d’enseignants (ce qui ne s’est jamais produit au lycée sur une même année),

– l’obligation pour un enseignant d’exercer un complément de service dans un autre établissement ce qui rend les conditions d’enseignement particulièrement difficiles

– le taux de HSA de + de 12 % contre 10,42 % à la rentrée 2011 qui alourdit toujours considérablement les conditions de service et d’enseignement,

– un appauvrissement de l’offre éducative avec notamment la suppression d’une classe de 1ère STMG et la non implantation de la spécialité Système d’Information et de Gestion (SIG) en terminale STMG  comme prévu.

La FCPE ne pouvait admettre cet état de fait et s’est associée aux enseignants et autres fédérations de parents d’élèves pour voter contre cette DHG.

Catégorie: Lycée Montesquieu

A propos de l'auteur :

Laisser un commentaire

De la maternelle au lycée

Débats Thématiques

  • Archives:

  • Categories:

  • Tags:

Pétitions

Pétition : Des enseignants pour nos enfants !

Pour faire suite à toutes nos actions concernant le manque d’enseignants, la FCPE Herblay vous invite à signer notre pétition adressée à madame le Ministre de l’éducation nationale. Il manque au total 6 enseignants dans les quatre établissements du secondaire de la ville d’Herblay. Cette situation doit cesser. Cela nuit à la scolarité de nos enfants, crée des inégalités […]